Narration et normativité contractuelles ; décision d'écrire un contrat

Equipe Demogue Séminaire
24 sept. 2020 14:00 - 17:00
Bibliothèque Pau Duez (Campus Moulins, 1 place Déliot, Lille)

Séminaire de Gaël Chantepie et Nicolas Dissaux, Professeurs à l’Université de Lille soutenu par la MESHS dans le cadre du programme Stylco (Stylistique contractuelle).

Intervenants : Gaël Chantepie, Professeur à l'Université de Lille, Nicolas Dissaux, Professeur à l'Université de Lille, Dimitri Houtcieff, Professeur à l'Université Paris-Saclay, Malvina Mille-Delattre, doctorante à l'Université de Lille.

 

Questions abordées lors de la séance


Le contrat peut-il être appréhendé comme un récit ? Que valent toutes ces clauses qui prétendent refaire l’histoire des parties, sans prétendre instaurer quelque obligation que ce soit au sens technique ?

Pourquoi écrire son contrat ? Quels sont les avantages et les inconvénients d'écrire un contrat ? Qui l'écrit d'ailleurs ? Quelle valeur accorder aujourd'hui au consensualisme ?

 

Présentation du cycle de séminaires

Si le contrat n’exige pas en principe la rédaction d’un écrit, celle-ci s’impose souvent pour des raisons pratiques. L’écriture du contrat soulève alors différents problèmes que la vénération du consensualisme a quelque peu relégués aux oubliettes. Lorsque les parties décident de sceller leur accord dans un écrit, comment faire ? Comment l’écrire ce contrat ? Quel titre lui donner ? Un préambule est-il nécessaire ? Faut-il un glossaire ? Les clauses d’un contrat racontent par ailleurs très souvent une histoire, celle des parties. Lient-elles vraiment le juge ? Quelle est véritablement leur fonction ? Et le contrat roule-t-il sur un ou des champs lexicaux spéciaux ? Répond-il à quelque structure ? Autant de questions, parmi bien d’autres, qui justifient la question : une stylistique contractuelle existe-t-elle ? Quels en seraient les éléments ? Au reste, cette stylistique évolue-t-elle ? Varie-t-elle dans le temps et dans l’espace ? Le problème revêt aussi une dimension historique et comparative.
 
Le cycle de séminaires a pour objet d’inviter des spécialistes à y réfléchir.  Il s’inscrit non seulement dans une approche critique du droit, mais aussi dans le mouvement Droit & Littérature. Un ouvrage collectif compilera le fruit de ces réflexions croisées.

Information et inscription auprès de Dorothée Herbaut.


Tweeter Facebook